Publié dans Littérature

L’enfer, c’est les autres

A propos de Ambre de Delatoure, Entre de bonnes mains, épisode 5

https://www.amazon.fr/Entre-bonnes-mains-Episode-panique-ebook/dp/B01G2T3BB2

ambre

Que passera-t-il désormais entre Florence et Lucas maintenant que le rubicon est franchi ? La scène qui clôt le chapitre 4, durant laquelle les deux amants se perdent dans le trouble de la passion et l’appel violent de la chair, montre que désormais un lien très fort est en train de les unir, malgré eux. Et en même temps, chacun essaie maladroitement de s’en défaire, peut-être en vain.

Le chapitre 5 s’ouvre avec Anne qui débarque chez Florence (attendant la venue de Lucas). Elle lui raconte une de ses aventures érotiques, qui a le mérite d’éveiller son excitation : « Alors qu’Anne lui racontait comment son propre mari l’avait poussée à s’exhiber, une petite lumière s’était mise à clignoter en elle. C’était exactement ce dont elle rêvait ! Ce dont elle manquait… Un aiguillon, un complice, un homme pouvant l’amener à dépasser ses limites. Elle envisagea un instant Charles dans ce rôle, mais l’alternative était tellement invraisemblable, tellement éloignée de leurs habitudes et de leur manière de vivre qu’elle en était presque ridicule. Jamais il n’accepterait une chose pareille… Et elle-même n’oserait jamais le lui demander. Mais il restait Lucas… »

Lorsque son amant arrive Anne n’est toujours pas partie. Florence fait entrer le jeune homme et le présente comme un employé passant de temps en temps faire du jardinage. Anne est séduite d’emblée par le corps athlétique de Lucas. Florence sent malgré elle un sentiment de jalousie. Les vues d’Anne sur son jeune amant réveillent des souvenirs douloureux. Les souvenirs d’enfance où des copines plus jolies qu’elle lui piquaient ses petits amis. Les socialisations avec les autres sont parfois bien amères. L’amitié ne serait rien d’autre qu’une aliénation, une fausse conscience, de la poudre aux yeux… Les interactions avec les autres ne seraient qu’un amas de relations hypocrites, empreintes de cynisme et de mesquinerie… Que reste-t-il d’authentique dès lors, hormis l’immanence d’un désir dans lequel il est agréable de se perdre…

tango

Tango, Régine Bouldoire

En même temps, Florence est très excitée par les jeux intimes que lui raconte Anne. Elle repense à ses fantasmes inavoués, ambivalents : « Entendre comment Anne avait obéi à la demande de son mari et dévoilé ensuite par transparence sa poitrine à la vue des serveurs, touchait à l’un de ses fantasmes les plus enfouis, et en un sens, des plus irréalisables. Lorsque Florence s’aventurait en rêve dans le terrain vague, ce haut lieu de débauche, c’était toujours sans témoin ni complice. Elle s’y rendait seule et en cachette, comme poursuivie par une mauvaise conscience qui sur le moment ne l’empêchait pas d’imaginer les pires outrages. Mais, sitôt délivrée des tableaux obscènes qu’elle construisait en fermant les yeux, elle revenait au monde réel certes soulagée et repue, mais emplie d’un indéfinissable sentiment de culpabilité ».  C’est dans cette confusion des sentiments érotiques, pour paraphraser Stéphane Zweig, que se trouve la force de la nouvelle d’Ambre Delatoure. Celui-ci va au fond de la psychologie de ses personnages sans lâcher l’intensité des ébats amoureux et la charge de volupté des scènes torrides, décrites avec minutie.

Florence finit par s’éclipser avec Lucas et l’amène au plaisir, en oubliant tout le monde qui l’entoure. Elle n’existe plus que dans la lubricité, l’indécence. Avec Clarissa Rivière (notamment la première nouvelle de « Les yeux bandés » https://pluralismes.wordpress.com/2015/07/20/je-suis-ravie-que-cela-vous-ai-plu-dit-elle/ ), Ambre Delatoure est sans doute l’un des auteures de la littérature érotique qui sait écrire les sensations d’excitation ressenties par ses personnages. Florence donne un orgasme à son amant en se livrant corps et âme.

Lorsqu’elle va rejoindre Anne qui lui demande ce qu’elle a fabriqué, elle réussit à ne pas semer le doute. La perversité est aussi à ce niveau. Pas uniquement dans le fait de sentir décadente dans le sexe. Mais de paraître pure aux yeux de son entourage après avoir baigné dans le stupre. Là encore, Ambre Delatourre réussit un beau tour de force.

Lorsqu’Anne va proposer à Lucas de venir faire des travaux de jardinage chez elle, quelque chose de très douloureux explose dans la poitrine de Florence. Et elle prend conscience de l’ampleur de cette division, qui est en même temps une fracture. D’un côté, son rôle d’épouse modèle. Et de l’autre, son attirance de plus en plus irrésistible pour une dépravation de plus en plus poussée. Les personnages sont mués dans leur solitude, leur incommunicabilité. Un peu comme les trois individus de la pièce de « Huis Clos », la pièce de Sartre. L’enfer c’est les autres. Florence est à deux doigts de faire part à son amie de tout « l’amour » (appelons le comme ça) qu’elle ressent pour Lucas : « Anne la couvait d’un air si engageant, si chaleureux, si dénué de méchanceté, qu’elle songea un instant lui avouer toute la vérité. Lui avouer non seulement quel merveilleux amant il était, mais aussi comment elle l’avait initié la première fois au bord de la piscine. Lui dire quel plaisir obscène et libérateur elle avait ressenti en coulissant sur son sexe inexpérimenté et frétillant de désir. Lui dire comment cette folie qui durait maintenant depuis des jours comblait comme aucune autre le vide sidéral de sa vie ». Lorsque son amie s’en va et qu’elle retrouve le jeune homme, elle prend conscience de toute l’ambivalence qui existe entre eux. Et de la force du lien qui les unit. En reprenant la nouvelle de Ambre Delatoure, je me rends compte à quel point ce qu’il écrit relève du chef d’œuvre et que c’est à mon sens l’un des plus grands auteurs érotiques que j’ai la chance de lire et de connaître.  

On a hâte de lire le prochain épisode…

Yannis Z.  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s