Publié dans Littérature

S’abandonner…

A propos de Eva Adams, Rencontre avec la vérité, Collection Indécence, L’ivre-Book, 2016.

http://www.livre-book-63.fr/home/284-rencontre-avec-la-verite-9782368922491.html

rencontre-avec-la-verite

Judith rencontre Camille. Elle tombe amoureuse de lui. Toutefois, très vite, elle s’ennuie dans cette relation conventionnelle sans trop savoir pourquoi. C’est en rencontrant Maître Gabriel qu’elle comprend les raisons de cet ennui. Ce dernier met des mots sur ce qu’elle ressent et qu’elle n’arrive pas à définir : « Je ne suis pas romantique, je ne suis pas tendre, en tout cas pas dans le sens commun du terme. Ce que j’aime c’est la passion, la puissance des mots, la force des gestes. J’aime être dominée par un homme, sentir que je lui plais et qu’il voit en moi la soumission que je suis prête à lui concéder ».

Judith est une soumise. Elle a besoin d’être dominée. Son esprit peut considérer certaines pratiques comme « anormales » et « immorales » mais son corps réagit différent. Il a besoin d’être soumis aux ordres d’un maître qui disposerait de lui à sa convenance. C’est ce périple que nous raconte Eva Adams. L’entrée en soumission comme une quête spirituelle dans laquelle s’épanouissent l’esprit et le corps. Les passages où elle décrit Judith devenue Léna qui découvrent des façons inédites de prendre du plaisir sont très forts : « plus rien n’existe autour de moi que le bruit de l’air éclaté par le fouet et annonçant la morsure prochaine de ma peau. Au milieu des océans déchaînés qui commencent à m’engloutir, je ne peux me raccrocher qu’à mon sémaphore, mon Maître, le seul qui pourra me ramener sur les rives, saine et sauve ; car il s’agit bien de cela, d’évasion au bout du monde, dans le tourment des océans pour trouver le salut, celui qui sera présent lors de ma remontée dans le monde, celui qui contrôle ma déchéance et y donne un sens ».

Il en est de même des passages où Maître Gabriel lui ordonne d’écrire afin qu’elle puisse prendre conscience de ses sentiments. Les pratiques BDSM ne sont pas uniquement des fouets et des fessés. Ce n’est pas non plus un jeu. Il s’agit avant tout d’une relation entre deux êtres, imprégnés d’exigences mutuelles. Léna réclame un certain nombre de choses de la part son Maître : « Il était le dominant que je cherchais sans le savoir. Quand il a ressenti cela il m’a mise en garde, pas de lui mais de moi. « Prenez du recul face à vos décisions, ne vous jetez pas dessus comme sur une bouée de secours, ce monde est complexe et être soumise à un Dominant vous engage et engage celui qui acceptera d’endosser ce rôle ». J’entendais et bien que je n’aie pas encore conscience de l’implication d’un tel engagement, je savais que la soumission était faite pour moi et je savais que Gabriel était le Maître qu’il me fallait ». Ce dernier est également soucieux de faire son éducation, notamment en lui apprenant qu’on ne doit pas jouir pendant une punition. Souvent, il lui fait sentir qu’il est fier d’elle. Cela lui plait. Ils sentent qu’ils existent l’un pour l’autre et le lien fusionnel devient de plus en plus fort. Toutefois, plus l’on avance dans l’histoire, plus le trouble se fait sentir chez Léna qui n’arrive pas à oublier Camille. Est-ce que Maître Gabriel est dès lors le maître qui lui convient ?

Yannis Z.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s