Publié dans Littérature

Entre Private et Houellebecq

A propos de « Pour de vrai », « Linda » et « Le triangle des Bermudes » de Jean Baptiste Messier

jdm2

On ne présente plus aujourd’hui l’auteur de Lamia 3066, de La lectrice ou des portes d’Euphoria. Jean-Baptiste Messier fait partie des écrivains talentueux de la littérature érotique. Les premiers épisodes de sa nouvelle série confirment cela. L’histoire commence en métropole avant de se poursuivre à Saint-Domingue. L’auteur sait nous faire osciller entre des univers pluriels, complexes, en rendant compte de la sensualité des corps. D’un côté on a l’impression d’être dans un film de Private lorsque le narrateur, Paul, multiplie les conquêtes. Les filles sexys se livrent voluptueusement, que cela soit dans des appartements luxueux ou bien dans le décor des plages paradisiaques. Mais de l’autre côté, grâce à un travail sur la psychologie des personnages, le lecteur peut saisir l’humanité des êtres, leur fragilité intrinsèque et leur besoin de romantisme par-delà les simples ébats sexuels.

jbm

Dès le début, Jean-Baptiste Messier nous invite à se méfier des apparences. Les rêves de Paul incarnent l’ambivalence du lien entre le réel et la fiction : «   Le sommeil est le seul lieu où je suis vraiment heureux. Dans certains de mes rêves, je me sens moi, viscéralement moi ; je suis en connexion avec ce que je suis vraiment, mes émotions, je suis sans masque ». Lorsqu’il se rend au travail en tant que responsable des RH, Paul joue un rôle social. Il s’inscrit dans le jeu des conventions. Mais à travers la littérature, la vie est autre et les moments de sexualité utopiques deviennent réalité. Paul couche avec sa supérieure hiérarchique au lieu de n’être que son subordonné. En la regardant se déshabiller, il fantasme sur la chaîne en or autour de ses hanches. Les moments de sexe sont intenses et remplissent d’allégresse le cœur du personnage principal. Le plaisir charnel est une échappatoire comme une autre dans un  monde mélancolique.

 jbm3

Les conquêtes féminines se succèdent les unes après les autres, servies sur un plateau d’argent par un auteur hors pair. Dans ce premier épisode, la policière en tenu BDSM côtoie la psy sexy ou bien l’hôtesse de l’air. En retournant dans sa région natale, où des souvenirs parfois tragiques viennent l’assaillir, Paul couche avec une inconnue rencontrée lors d’une balade touristique sur les côtes bretonnes. La vie est plus belle dans les mondes imaginaires de nos fantasmes, même si l’ancrage avec le réel est présent dans le livre : « Le bruit des vagues me berce, mais ne m’emmène pas dans la rêverie, je prends un malin plaisir à rester conscient de ce qui m’entoure : une conscience vaste qui s’ouvre ». Mais c’est avec Alexandra qu’il préfère passer la soirée et non ses vieux démons. La quête de l’amour sera pour plus tard, même si c’est cela qui l’obsède par moment. C’est ce qu’il raconte à sa psy : « Ma personnalité de Casanova instable, velléitaire et compulsif ne me satisfait plus. C’est ce que j’ai raconté à Aude tandis que je ne pouvais m’empêcher de fantasmer une fois de plus sur ses lèvres ourlées de son rouge et sur ses escarpins noirs. Je suis une contradiction ambulante, des plaques tectoniques mal ajustées qui me tiraillent, m’enlèvent toute consistance et me font souffrir. J’aspire à plus d’unité et pourtant je n’arrive pas à m’y résoudre ».  

jbm4

Le périple de cet homme en manque d’amour se poursuit. Paul ne décide de partir pour Saint-Domingue. C’est là qu’il fera la connaissance de Linda, une masseuse qu’il invite dans sa chambre pour un moment de détente : « Devant moi se tient la Latine dans toute sa splendeur, la brune qui me pourfendra le cœur. Une femme d’un peu moins de la trentaine, dans les 1,70 m, toute en courbes, des yeux noirs où brille la flamme de l’esprit. Mon Dieu, ne parle pas ou si tu parles, parle bien, ne brise pas mon rêve ! ». D’emblée, c’est le coup de foudre. Dans le deuxième épisode, nous découvrons le portrait de cette fille, tiraillée entre une rupture avec son ex petit ami et son envie de sexe qu’elle satisfait avec un client inconnu avant de rencontrer Paul. Tout comme lui, elle lit Michel Houellebecq. « Tu mérites mieux que ça », lui dit-elle alors qu’il la drague grossièrement, en essayant de peloter ses seins pendant le massage. Linda a vu d’emblée le véritable « moi » de Paul : « Derrière le dépravé respire l’ange. Et mon ange est… nu. Non, pas ça. Ne sois pas comme tous les autres hommes. Comme le pire des représentants français. Je la vois ton innocence. Tu comprends ? Elle est là logée au fond de tes yeux, de ton cœur. Ne t’abaisse pas. Même si tu l’as perdue de vue. J’entre et il me sourit visiblement troublé ». Peut-être qu’ils seront l’un pour l’autre la rédemption tant attendue.

Les deux tourtereaux flirtent à la plage. Paul est attiré par le corps de Linda, mis en valeur par un minuscule string. Toutefois, le soir, il ne peut résister à ses envies et part faire un bain de minuit avec deux filles attrayantes qui l’emmènent au septième ciel. Pendant ce temps, Linda est agressée violemment par son ex petit ami. Qu’est-ce qui les attend désormais ? L’attirance pour Linda ne serait que chimère ? On a hâte de lire les prochains épisodes.

Yannis Z.     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s