Publié dans Littérature

La vie vous fait parfois de jolis cadeaux

 

A propos de Ambre Delatoure, Entre de bonnes mains, le point de non retour volume 4.

http://www.amazon.fr/Entre-bonnes-mains-Episode-non-retour-ebook/dp/B018N0A5J4

ambre4

Ambre Delatoure est sans doute l’un des auteurs les plus profonds et les plus prolifiques du champ de la littérature érotique. Sa plume restitue le trouble qui hante l’âme des personnages et crée des atmosphères chargées en sensualité. Là encore, dans ce quatrième volume, il interroge cette pesanteur insondable des êtres au moment où leur carapace sociale se fissure et qu’ils se perdent dans les vertiges de la passion. Les épisodes précédents de Entre de bonnes mains racontaient la relation charnelle entre Florence, une femme foyer qui cherche à en finir avec son ennui, et Lucas, un jeune ado découvrant le sexe avec une femme plus âgée. A la fin du troisième épisode, Lucas cherche à surmonter sa douleur lorsque Florence lui avoue qu’il n’y aura jamais de sentiments entre eux. Il fait très violemment l’amour à son amante, qui découvre à son grand étonnement qu’elle aime être prise de cette façon quasi-humiliante. C’est cette dimension qu’Ambre Delatoure explore dans ce quatrième volume. Florence aime se sentir décadente, indécente. Elle cherche l’orgasme pour l’orgasme. Son côté Madame Bovary a quelque chose de Musset : peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Ses fantasmes prennent le dessus sur sa raison. Dès le début du récit, elle s’interroge sur la nature de son trouble : « Pourquoi se retrouvait-elle incapable de faire la part des choses ? De conserver le recul et le sang froid qui jusqu’alors ne lui avaient jamais fait défaut ? Pourquoi était-elle donc tiraillée, déboussolée ? ».

Elle a conscience que cette relation avec ce jeune adolescent est susceptible de remettre en cause sa vie de couple mais cela est plus fort qu’elle. Les plaisirs sexuels que lui procure cette liaison l’attirent aussi fortement qu’une drogue. Le jeu est dangereux mais il en vaut la chandelle. Le retour en arrière est inimaginable, tant le point de non retour a été franchi voluptueusement : « Pour sauver son couple, elle n’aurait d’autre alternative que celle de rompre définitivement avec Lucas et, par ricochet, avec le sentiment grisant de liberté qu’elle éprouvait avec lui. Imaginer un seul instant être à nouveau privée de ce bonheur était tout aussi effroyable, peut-être même davantage, que d’être surprise en flagrant délit d’adultère…. ». Son mari ne fait plus partie de son désir. C’est le sexe avec Lucas qui l’attire, qui la rempli de vie, qui lui donne la sensation d’être libre. Ce n’est pas tant la personnalité ou les sentiments de son jeune amant qui la séduisent mais uniquement la situation en tant que telle qui attise son désir. Leur histoire n’est d’ailleurs pas affaire de séduction. Ce n’est pas un homme dont elle a envie. Pour reprendre une expression de Gilles Deleuze, c’est un agencement de désir que Florence cherche à construire. Elle a besoin de déverrouiller la porte de ses fantasmes et de respirer un peu d’air pur. Elle veut quitter une sexualité conjugale routinière dans laquelle elle s’ennuie.

Lorsque Lucas l’appelle pour lui dire qu’il a envie d’elle, Florence sent son sexe devenir aussi humide que les lèvres du chien de Pavlov apercevant le sucre. C’est son corps qui hurle et crie famine. Elle a soif de chair, de sexe, d’indécence. Le souvenir de la séance photo qu’ils ont effectué ensemble embrasse sa chair : « Des images obscènes défilaient sur l’écran noir de la nuit. Florence repensait aux photos. Elle repensait aux sensations sulfureuses qu’elle avait alors ressenties en s’abandonnant à l’objectif de Lucas et en imaginant que ces clichés puissent par la suite être utilisés comme matériel pornographique. Que ce soit par lui, ou par d’autres d’ailleurs… Cette dernière perspective était odieuse, mais être considérée par des imaginaires masculins comme un point focal, comme le centre de toutes leurs envies, de tous leurs fantasmes, l’avait excitée à un point inimaginable ». Il ne lui en faut pas plus pour prendre tous les risques et courir dans la nuit retrouver Lucas pour une étreinte aussi rapide que sauvage, où elle jouit d’être posséder comme un simple objet de jouissance par un homme dont elle peut à peine discerner le visage dans les ténèbres nocturnes. Lucas est troublé par cette attitude. Mais en même temps, il cherche aussi à se protéger de cette femme. Les réactions de Florence le font entrer définitivement dans l’âge adulte, en tuant chez lui cette naïveté juvénile du premier amour. Il sait que cette femme ne l’aimera jamais et désormais, il envisage d’aller aussi vers d’autres conquêtes. Anne, une amie de Florence, lui plait beaucoup. Que se passera-t-il ? Comment évoluera cette relation ? Comment est-ce que ce périple dans les affres de la passion charnelle, dans les troubles de la passion amoureuse finira-t-il ? On a hâte de lire le 5ème épisode. Demain, ce sera l’anniversaire de Ambre Delatoure et on lui souhaite de bonnes choses ; mais aujourd’hui c’est lui qui nous a gâtés avec ce beau cadeau littéraire !! Merci…
Jean Zaga

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s