Publié dans Littérature

A ceux qui savent regarder

A propos de La doublure de Maude Okyo, Collection Paulette, 2015.

 

http://www.amazon.fr/doublure-Okyo-Maude-ebook/dp/B015QBPIQI/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1448017457&sr=8-3&keywords=la+doublure

doublure

La littérature, comme le cinéma, nous plongent dans le monde de l’irréel. La fiction joue avec la réalité, les images s’amusent à inventer des mondes. Un peu comme les chroniques jouant avec les œuvres.

Lou aime troubler les apparences. Elle exerce le métier de doublure. Après être venue à Paris avec l’espoir de devenir comédienne, et se refusant de faire du X, Lou a fini par trouver ce job de remplaçante des stars dans les scènes de nue. Elle simule les passages où les protagonistes du film montrent leurs fesses ou font l’amour devant la caméra : « Mon métier ? Doublure. Je prête mon corps, entier ou tronqué, pour des pubs, des films, à des actrices célèbres… Je double des scènes de sexe, de danse, etc. Un peu tout ce qu’on me propose. Vous n’avez pas remarqué ? Quand on voit un strip-tease de n’importe quelle star de ciné pour l’un de ses films, une bonne partie des déhanchements est cadrée en dessous de la tête. Ne cherchez pas, c’est qu’il y a ma tronche en haut ». Son visage n’intéresse pas les réalisateurs. C’est juste son corps retouché par photoshop qu’ils souhaitent montrer au public, avec la tête de Scarlett Johansson.

Lors d’un tournage, l’acteur vedette lui fait des avances pour tirer un coup vite fait dans sa loge. La scène qu’ils jouent ensemble est insipide, simulée. Les émotions sont feintes et masquent la répulsion de Lou à l’égard de ce type abject qu’elle surnomme dans sa tête « La trique ».  Quand brusquement surgit Dimitri, la doublure avec qui elle va jouer une scène d’amour lorsqu’elle en aura fini avec l’acteur vedette : « Un brun se tient à quelques pas de moi, torse nu et en jean. Il a un corps à tomber raide par terre. Genre crise cardiaque du vagin. Il me sourit gentiment. Mon peignoir explicite assez bien mon rôle ici et personne ne m’a plus calculée depuis que je l’ai passé ». Le style pétillant et sensuel de Maude Okyo rend compte de ce coup de foudre sexuel entre les deux doublures, entre les deux acteurs anonymes payés pour jouer le simulacre mais qui apporteront la seule touche d’authenticité au film. Leur désir est réel, dès le début. En se mettant nu et en commençant à flirter sous l’œil de la caméra, les deux figurants ne peuvent masquer leur excitation réciproque. Leur corps parle malgré eux et se livre aux caresses de l’autre : « Je suis tellement chauffée et avide de ce qui va suivre que mon sexe s’humidifie de plus en plus. Atterrée, je prie pour qu’il ne remarque rien. J’ai beau essayer de me contenir, je me tends vers chaque caresse et l’accueille avec des gémissements de plaisir que le réalisateur applaudit haut et fort ». Lou vit des moments de plaisirs intenses avec cet étrange partenaire qui fond d’amour pour elle. Peut-être que la meilleure façon de faire du cinéma est de jouer son rôle dans la vraie vie et de tomber sur des gens qui savent vous regarder.

Yannis Z.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s