Publié dans Littérature

Au cœur des ténèbres

jeanne

 

A propos de Samy Le Goadec, Les aventures de la pucelle du Cap d’Agde, éditions du gourdin, 2015.

Après nous avoir livré les sulfureuses mémoires de Jeanne au Cap d’Agde, naviguant entre les expériences inédites et les plaisirs du corps au bord de l’eau, la Pucelle revient encore vers d’humides rivages dans ce deuxième opuscule et nous livre ses nouvelles aventures. Première surprise voulu par l’auteur : le récit ne se déroule pas à la baie des cochons, sur la plage naturiste et le camping du sud-ouest de la France, mais sous les tropiques, entre Bali, les peuples Papous et l’île de Wokan. L’humidité est là – au sens propre et au figuré – mais ce n’est pas la même. Deuxième surprise : Les scènes de sexe sont beaucoup moins présentes. Il y en a bien quelques unes, notamment lorsque Jeanne est à deux doigts d’être déchiqueté en plein orgasme par un Varan ou bien lorsqu’elle se laisse caresser dans un bourbier par le sexe en érection de son mari, effrayée à l’idée de trouver un serpent ou un crocodile à ses côtés. Mais on n’est plus dans le paradis du libertinage. C’est plutôt au cœur des ténèbres, version Joseph Conrad ou Apocalypse now, que se déroulent ces aventures. L’omniprésence des bateaux de fortune qui entrainent la famille le long des fleuves brumeux donne au récit un sentiment poignant. On sent l’expérience vécue et le lecteur suit au quotidien le périple homérique de cette famille explorant des univers tropicaux.

Les descriptions ne sont pas restituées de manière caricaturale par un auteur ignorant tout des réalités dont il parle. Et les personnages sont empreints de charme, comme le suggère la narration de Jeanne : « La balade est superbe et devient magique quand soudain la voix d’un crooner s’élève dans la nuit. Love me tender. C’est la voix de Frangky qui monte dans la cocoteraie, au micro du karaoké, chaude et romantique. Elle me bouleverse l’âme ». Cela n’empêche pas Frangky d’évoquer les prostituées qu’il fréquente mais par contre, cette chanson donne aux odeurs d’urine qui jalonnent le navire un goût moins pénible.

Ce roman nous a séduit car il parle d’aventures au plurielle. Aventure d’une famille accompagnant le mari qui fait du négoce sous les tropiques. Aventure d’une femme qui explore son corps, ses désirs en territoire inconnu. Aventure d’une mère soucieuse du bien-être de ses enfants. Après avoir suivi Jeanne comme amante, on lui découvre aussi un côté maternel très séduisant. Le tout a le mérite de s’inscrire dans un cadre de respect et de fusion avec les autres cultures, en combinant la difficile adaptation des étrangers avec l’enrichissement intérieur du voyage. On attend impatiemment le troisième épisode…

Jean Zaga

Un commentaire sur « Au cœur des ténèbres »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s