Publié dans Littérature

La faiseuse de rêve

A propos de Jean-Baptiste Messier, Hotline, http://www.amazon.fr/Hotline-Jean-Baptiste-Messier-ebook/dp/B00VPPKI7O/ref=asap_bc?ie=UTF8

Qu’est-ce qui se passe dans la tête de Jean-Bapiste, un alter ego de l’auteur changé en informaticien, qui fantasme sur Sonia Traumsen, une belle mannequin suédoise agrégée de philosophie et auteure de textes érotiques ? Lorsqu’elle l’appelle pour réparer son ordinateur, il est aux anges. Il va pouvoir approcher son idole. Il va pouvoir partager l’intimité de son appartement, en se disant que tout peut arriver : « Sonia, peu farouche, m’accueille, vêtue seulement d’un charmant kimono en satin qui dévoile en partie ses cuisses et la chair appétissante des seins ».

Mais dans ce récit, on se rend compte très vite que l’on ne sait plus où est le rêve et où est la réalité, où est la frontière entre le fantasme et le monde vécu : « ne sommes-nous pas des histoires imaginaires que nous racontons à nous-mêmes ? ». Lorsque Sonia vient s’empaler sur le sexe de Jean-Ba, on a l’impression que l’affaire est bouclée et que le Don Juan de l’informatique a réussi son coup. Mais l’on se rend compte que cet homme est tout simplement en train d’imaginer cette scène torride. Et en fantasmant, l’auteur livre aussi ses sentiments amoureux d’une manière troublante : « Une vision de Sonia, en un éclair, me viole l’esprit. Je la vois errer, solitaire, sur la grève, en haut d’une falaise, sur un petit chemin, près du vide. La mer est là toute prête à l’engloutir ou l’accueillir selon le point de vue. Les rafales mêlées à la pluie fouettent mon visage. Pourtant, elle tient son parapluie sans difficulté, elle est en minijupe et bottes noires. Les éléments au sens propre ne semblent pas l’atteindre. La pluie ne la touche pas, le vent ne ploie pas son parapluie, ses jambes nues ne tremblent pas de froid. Il y a un je ne sais quoi de terriblement mélancolique dans cette silhouette insensible à l’environnement qui la cerne. Je me précipite vers elle. J’embrasse ses lèvres mouillées des larmes de la pluie. Et dans ses yeux marrons-jaunes, je rencontre la détresse ». Le cœur et le sexe fonctionnent simultanément. Et les mots jouent entre eux l’ambivalence. Le réparateur de l’ordinateur compare les fentes de la machine et celle du corps de sa dulcinée, fantasmée en tant que personnage de jeu vidéo.

Car c’est bien de jeux qu’il s’agit. Jeu avec les corps, avec la chair du langage et avec les lecteurs, qui apprécieront les différentes Sonia jalonnant cette jolie nouvelle.
Jean Zaga

Publicités

Un commentaire sur « La faiseuse de rêve »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s