Publié dans Littérature

Rejoindre les sirènes

A propos de Les portes d’Euphoria (2014) de Jean-Baptiste Messier

http://www.amazon.fr/portes-dEuphoria-Jean-Baptiste-Messier-ebook/dp/B00PE6PCT4/ref=sr_1_fkmr0_1?s=books&ie=UTF8&qid=1429352463&sr=1-1-fkmr0&keywords=Les+portes+d%27Ephoria%2C+jean-baptiste+Messier

« Les Portes d’Euphoria » est un beau recueil de nouvelles erotico-fantastique publié l’année dernière par Jean-Baptiste Messier. Trois grandes histoires, elles-mêmes constituées de bifurcations multiples, peuplent ce livre qui joue à mettre en abîme son propre titre. Est-ce Jean-Baptiste Messier est le scribe mystérieux qui fera l’amour avec la déesse ? Est-ce que le livre qui ère dans ces trois histoires est celui que nous avons sous les yeux ? Dans ce cas, il faut s’attendre à être envouté par le mystérieux chant des sirènes et ne pas revenir indemne de la contemplation de ces univers sublimes et terrifiants.

 messier5

La première histoire évoque le portrait d’une étudiante en médecine qui flirte avec plusieurs hommes, mettant à mal les codes de la féminité et son rapport au sexisme. Elle s’offre aux mains baladeuses qui la caressent, dans la boulangerie. Lors des cours, elle laisse également Pierre, son voisin jouer avec son corps : « Généralement le professeur fait mine de ne pas me voir. Il est tôt et presque la moitié de l’assemblée est absente. Tant mieux. Pierre jette un coup d’oeil ravi sur ma tenue et semble s’interroger sur la raison de ma délocalisation à gauche. Il me jette un second coup d’oeil auquel je réponds par un petit sourire. Il ne lui en faut pas plus pour comprendre mon envie. Le professeur commence à débiter son cours, routine qu’il continue sûrement depuis des années et qui ne le motive plus outre mesure. Alors que je prends des notes consciencieuses sur mon cahier, je sens la main gauche de Pierre qui s’appuie négligemment sur mon fauteuil et effleure ainsi ma cuisse ». La complicité sexuelle devient une forme d’évasion du monde, et permet d’évacuer l’ennui des cours. Dans l’amphi, le jeu a commencé. Pierre est de plus en plus entreprenant. Mais Virginie veut aller plus loin et elle l’emmène dans la morgue poursuivre une étreinte macabre dont l’issu dépassera tout entendement. Pour avoir les clés, elle s’offre à son professeur d’anatomie. Le plaisir n’a rien à avoir avec la morale et tout peut arriver entre les êtres. C’est le jeu que joue avec nous Jean-Baptiste Messier. Prendre le lecteur au dépourvu, à travers un récit qui joue autant la carte de l’érotisme que du surnaturel.

 messier6

La deuxième nouvelle raconte l’histoire d’un pêcheur asiatique démuni qui essaie de subsister tant bien que mal avec son épouse. Rêvant de faire fortune et de sortir de la misère, Atmo lit dans le journal qu’un chinois est prêt à payer une fortune à celui qui ramènera la queue d’une sirène. Toutefois, les conditions de sa vie précaire le ramènent très vite à la réalité et ce ne sont que les rapports sexuels et l’usage de drogue qui arrivent quelque peu à lui procurer certaines évasions : « Je crois bien que c’est ce qui sauve notre vie, le sexe, l’amour et peut-être un peu la drogue. Pourtant, je sens bien que ça ne suffit plus. Même si des ondes de plaisir m’envahissent. C’est étrange comme sensation de planer et en même temps d’être branlé. Toutes les sensations sont exacerbées et le plaisir se constelle en gouttelettes infinies. Par contre le flot des pensées ne s’arrête pas, bien au contraire ». Toutefois, le répit ne sera que de courte durée. L’ombre du livre maléfique que l’auteur s’amuse à mettre en abîme plane au-dessus de la tête du pauvre pêcheur : « Hébété, je tends une main mal assurée vers mon livre de toilettes : « Les portes d’Euphoria », un livre étrange et malsain que sans doute un touriste occidental, égaré sur notre île, a oublié sur le ponton il y a de cela quelques années. Il évoque des créatures funestes et maudites. Pour tout dire ce livre exerce une influence maléfique et plus encore maintenant où mon esprit est à deux doigts du ravin qui l’engloutira ». Sous l’effet de la drogue, Atmo rencontre en effet la sirène. Elle l’emmène dans un palais où des richesses immenses sont à sa portée. Mais là encore, l’inattendu se produit…

 messier7

La troisième nouvelle, qui est la plus longue du récit, nous emmène dans le monde des vampires, des loups-garous et d’Argien le Nécromancien. Myrina, une jeune Amazone est en train de dévorer le sexe d’une de ces créatures aux dents aiguisées. En entrant dans le repère du Nécromancien, les protagonistes implorent Asdroth de les remplir de force afin d’affronter leur destin, empreint de sexe et de folie : « Calicedor – ma chérie ! – tu fais bien d’avoir les yeux fermés ! Je prends le couteau et tandis que tu jouis, je me retire, m’écarte de toi. Danseur meurtrier, je virevolte ; tu ouvres les yeux et me surprends juste avant que je ne te coupe la tête. Un jet de sang jaillit du buste sans cervelle ». Tous cherchent à combattre les forces maléfiques. Myrina ne laisse aucun répit aux vampires qu’elle traque sans arrêt : « À quelques mètres, elle avait lancé sa course silencieuse, dégainé son cimeterre dans un bruit de feuilles qui tombent. Rapide comme le vent, elle ne lui avait laissé aucune chance, juste le temps qu’il se retourne et puisse voir le visage de sa Némésis. Sa rage assouvie était devenue un plaisir immense, un orgasme comme elle en avait jamais connu. Quand il était tombé à ses genoux, la tête proprement tranchée, elle avait joui. Impudique, elle avait écarté les jambes et l’avait découpé membre par membre ». Toutefois, elle aussi n’échappera pas à ce destin imprévisible qui s’empare de la vie des personnages et qui les amène sur des routes incertaines…

Yannis Z.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s