Publié dans Littérature

Entrer dans la lumière

A propos de Un sentiment d’éternité. La rééducation sentimentale tome 3, Editions Blanche, 2014.

 

http://www.amazon.fr/r%C3%A9%C3%A9ducation-sentimentale-Tome-sentiment-d%C3%A9ternit%C3%A9/dp/2846283508

 téléchargement

 Un sentiment d’éternité clôt d’une belle manière les périples amoureux de ces personnages attachants que nous avons suivons depuis le premier tome de La rééducation sentimentale. Après avoir raconté la relation de Camille avec Manœuvre, l’exploration sexuelle de Valentine et Vincent, Emma Cavalier se penche sur Valérie et Etienne, un couple qui apparait en arrière plan des deux premiers volumes. C’est avec eux que Camille et Manœuvre font l’amour après une soirée à l’opéra et que Valentine expérimente le libertinage avant de prendre ses distances pour une relation plus ou moins duale avec Vincent. Au début du troisième tome, ce couple si solide est en train de séparer. Emma Cavalier nous présente tout le cheminement qui les a menés au bord de cet abime affectif. Elle évoque l’attrait de Valérie et Etienne pour le sexe, en décrivant les jeux érotiques avec les cordes auxquelles ils se livrent ou bien leurs escapades mutuelles. Le passage où Camille et Valérie font l’amour est d’une précieuse sensualité, pleine d’émotion. Mais Emma Cavalier explore aussi le quotidien de ces personnes, en les montrant comme les parents de deux enfants ou comme des gens socialisés, avec leurs doutes et leur fragilité. Les chapitres où leur séparation est raconté avec les yeux de Enzo, 13 ans, donne au récit une connotation humaine particulièrement appréciable. Les passages où sa mère lui explique la frontière très mince entre l’amitié et l’amour ou bien lorsqu’il discute avec son père de l’attirance affective qu’il éprouve à l’égard d’une métisse âgée de deux ans de plus que lui sont de toute beauté. C’est en ce sens que nous ne croyons pas au label parfois marginalisant et stigmatisant de ce que l’on appelle « littérature érotique ». Emma Cavalier est une auteure, une auteure talentueuse, point barre. Elle parle de sexualité, de romance, de doute, d’aventures, et comme nous l’avons dit dans nos précédentes chroniques les trois tomes de la Rééducation sentimentale ont quelque chose à avoir avec Les faux-monnayeurs de Gide, notamment au niveau de la nature des sentiments. Nous sommes heureux d’avoir pu in extremis la citer dans notre roman, en corrigeant les épreuves à la fin du mois de décembre, et avons été très troublé en refermant le troisième volume, notamment après avoir lu les passages sur ces spectres amoureux collés éternellement à notre âme et l’accompagnant toute notre vie. Mon épouse, à qui je dédie cette chronique, sait d’ailleurs ce qu’il y a entre les lignes de ce que j’écris…

 tel

Valérie et Etienne sont mariés depuis quinze ans. Ils ont compris que leur relation n’irait nulle part si elle les amène à faire une croix sur ce qui leur apporte du plaisir : « Je ne lui avais rien caché de ce que je considérais comme mes vices et il m’avait acceptée telles que j’étais, avec mes imperfections, mes perversions et mes folies ». C’est en ce sens que Valérie a accepté les pratiques BDSM d’Etienne, auxquelles elle était réticente au début. Par la suite, elle prendra un véritable plaisir à être attaché et à planer léthargiquement au-dessus du sol, à l’image de « Petit-Pain », l’enfant-adulte du roman de Mahi Binebine Le seigneur vous le rendra (Fayard, 2013) jouissant de la réminiscence des banderoles attachées à son corps. Par la suite, Valérie prendra goût aux pratiques du kinbaku et dépassera même son initiateur lors d’une des scènes finales. Toutefois, cet attrait pour les cordes reste avant tout un partage. Elle sait donner quelque chose de précieux à son mari, allant parfois jusqu’à payer de sa personne pour l’arracher à son mal de vivre. Elle sait entrainer les gens de manière salutaire par-delà les limites qu’ils se sont fixés eux-mêmes. Dans la suite de notre nouvelle « Tu as le sexe d’un ange », nous lui rendront l’hommage qu’elle mérite. Cet amour de la vie, malgré les duretés dans lesquelles elle nous emprisonne, fait de Valérie l’un des personnages littéraires les plus attachants que nous ayons lu récemment. Les romans d’Emma sont marqués par une délicieuse ambivalence, semblable à cette brume sombre que traversent par ci par là de puissants rayons de soleil. Et pour marquer notre sympathie à l’égard d’un personnage de la Rééducation sentimentale, sans doute le plus distant par rapport à l’amour mais qui reste sensible à la vie et à ses plaisirs, et qui laisse peut-être présager un quatrième volume à paraître vu qu’il est le seul à ne pas avoir été atteint par les flèches de Cupidon, c’est à Manœuvre que nous donnerons la parole pour clore notre chronique : « Ce que je continuais à apprécier dans  ce genre de soirée, c’était précisément cette précieuse ambivalence entre l’apparente soumission imposées aux femmes à travers leur nudité et le très réel empire qu’elles exerçaient sur nos sens masculins, agréablement émoussés par l’épreuve qu’était la contemplation de ces promesses, assortie de l’obligation de se comporter malgré tout en gentleman ». Emma Cavalier sait raconter la fragilité des êtres forts qui savent jouer avec le sexe mais aussi avec les sentiments. Quand bien même nous sommes nous-mêmes pétris de ce désir libertin pour la littérature, jouissant de livre en livre comme Manœuvre jouit de femme en femme, nous espérons nous être comporté en gentlemen avec Emma Cavalier lors de la lecture et des échanges autour de ces magnifiques romans. Nous avons hâte de découvrir les prochaines parutions du Manoir, en mai 2015…

Jean Zaga

cavalier

Un commentaire sur « Entrer dans la lumière »

  1. Un gentleman assurément. Effectivement l’étiquette « Littérature érotique » est souvent marginalisante. Personnellement, je me considère aussi comme un écrivain à la marge comme le sont les illustrateurs du moyen-âge qui agrémentaient d’illustrations irrévérencieuses les livres de prières… dans les marges.
    Une belle chronique une fois de plus notamment pour ces fantômes qui collent à notre esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s