Publié dans Littérature

Lorsque la vie et la littérature se mélangent

A propos du Salon Val Joly, de la rencontre avec les gens du stand des éditions Artalys et de la lecture de Fairy sex tale de Callie Sex Tale (Erato, 2014)

Hier, j’ai fait un tour au salon du Val Joly. Sous une pluie fine et un ciel gris, j’ai marché un petit moment le long d’un étang entouré d’arbres et j’ai gagné le bâtiment blanc où se trouvaient les festivités. Renseigné par un groupe de filles habillées en sorcières ainsi que par une écrivaine vêtue en tenue de vampire, j’ai trouvé très facilement le stand d’Artalys. Ça a été l’occasion de discuter de vive voix avec Serge et Claire de Lille, et de les remercier pour tout le soutien qu’ils m’ont apporté lors de mes travaux d’écriture (je n’oublie pas non plus Noann Lyne et Steph Cannelle; j’espère vous rencontrer un de ces jours ).

téléchargement (1)

J’ai pris plaisir à écouter Serge me parler des débuts d’Artalys, de son travail d’éditeur mené avec passion, de ses espoirs et de son engagement auprès de ses auteurs, qu’il lit et relit y compris tard dans la nuit. J’espère que cette maison d’éditions aura la reconnaissance qu’elle mérite. Je suis très heureux à l’idée de faire bientôt partie, à mon petit niveau, de tout ce joli monde avec une nouvelle à paraître en novembre et une autre à remettre également à la fin du mois prochain. J’ai pu aussi parler avec Claire DeLille de vive voix, partager des moments sympas autour de son magnifique roman Ceux qui attirent et savourer les délicieux gâteaux qu’elle a apportés pour tout le monde. La mousse rose du sommet de ces vols-aux-vents est à tomber !! J’ai été très content d’avoir la version papier de ton livre dans les mains et ta dédicace m’a fait énormément plaisir. C’est important, les bons souvenirs qu’on grave dans les livres. Le tien est vraiment magnifique. Il nous entraine dans l’univers des succubes avec une femme qui découvre autant les plaisirs du sexe que ses propres ambivalences identitaires. C’est le genre d’histoire qui me laisse sous le charme. Cela a été aussi l’occasion de faire connaissance avec d’autres auteures des éditions Artalys, telles que Eloise Clunet qui a publié Pré-sentiment et Ressentiment, deux récits qui se suivent et traitent du paranormal, et Jess Swan qui a écrit La dame aux papillons, une histoire gothique dans les milieux vaudous des colonies britanniques (j’ai pris le roman pour mon épouse et ai pu discuter avec une romancière très sympa, qui nous a mis une jolie dédicace).

La-dame-aux-papillons-800-200x300

J’ai également pris Prêtresses du sexe de Alexandre Lévine, l’un des premiers ouvrages publiés par Artalys. Cela sera l’occasion de découvrir ce beau récit empreint de mythologie et d’érotisme.

cvt_Pretresses-du-sexe_8224

Ensuite, je me suis baladé dans les autres stands. Beaucoup de livres sympas et des auteur.e.s toujours ravi.e.s de présenter leurs ouvrages. Je me suis laissé tenter par quelques livres. Tout d’abord, la nouvelle « Awkwardly erotic » de Delphine Wysocki. L’auteure a insisté sur le côté humoristique de son texte. Ensuite, j’ai pris le recueil de nouvelles Antho-noire pour nuits chaudes. J’ai été sensible au fait qu’il y avait dedans un texte de Julie Derussy, avec qui j’ai eu le plaisir de discuter de ses écrits il y a quelques jours, dans un sympathique café parisien en face de la Sorbonne. Mais j’ai également voulu découvrir une nouvelle auteure qui figure aussi dans ce recueil. Il s’agit de Callie J. Deroy.  Elle a aussi publié Fairy sex tale (Erato, 2014) que j’ai eu le plaisir de lire ce matin. J’ai été conquis par cette belle histoire d’amour entre une fée évoluant dans un monde de plaisir et un homme à la beauté enivrante, vivant seul dans un vieil appartement. La fée passe ses journées à regarder les ébats des humains et à jouir de leurs sensations (je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec les succubes de Ceux qui m’attirent de Claire DeLille). Toutefois, elle ne peut ni les toucher, ni les sentir, ni être vue par eux. Son univers sensuel est en réalité une prison aux barreaux dorés. Elle souffre de cette distance insurmontable avec le monde des humains. Elle fait partie d’un monde où l’on jouit beaucoup mais où l’amour est inexistant. Le beau jeune homme fait battre très vite son petit cœur romantique et la trouble de plus en plus. Elle a envie de lui. Pour parvenir à le posséder, elle va utiliser une vieille formule magique et passer de l’autre côté. Elle perd ses ailes mais entre dans le monde des vivants. Elle va enfin pouvoir faire l’amour avec l’homme de ses rêves. Mais à quel prix !! En rentrant de ce salon, marqué par toutes ces belles rencontres et ces beaux livres, j’ai lu Musculatures de Nathalie Gassel jusqu’à 4 heures du matin, avec les chansons de Mylène Farmer dans les oreilles, et en étant à la recherche d’un titre pour ma première nouvelle (je crois que j’en ai enfin trouvé un).

JZ

callie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s