Publié dans Cinéma

Quatre garçons plein d’avenir

On est samedi soir. 23h40. Je viens de voir l’un des meileurs films de ma vie. Je parle de « Quatre garçons plein d’avenir » de Jean Paul Lilienfield, sorti en 1997. A cette époque, j’étais en maitrise de science po et tout ce qu’il y a dans ce film est du vécu. Les soirées boites avec les pôtes, les nuits blanches avant d’aller en cours (notre ami  Michaël Marchand, doit se souvenir de cette période amiénoise tout comme Nicolas NSB doit avoir en tête les soirées valbonnaises au bord de la piscine, où on faisait des fiestas énormes entre chaque épreuve du bac – ah terrible !!), les préparations d’examens, les beuveries, les plans dragues foireux, les solidarités adolescentes entre copains. La scène avec Marie Odile est sans doute la plus drôle du film ! Je me souviens de l’année de maîtrise où, comme dans le film, on attendait d’être reçu à l’écrit pour aller à l’oral. J’avais eu 8 et 9/20 aux partiels de janvier et je devais me rattraper à ceux de juin. J’avais passé toute l’année à faire la fête dans les boites amiénoises avec les collègues mais j’avais quand même quelques lectures de reserves. Je crois que j’ai eu la moyenne aux deux partiels grâce à Bourdieu. Le sujet de juin avait trait avec la question de la domination et je m’étais amusé à opposer la société telle que la voyait Bourdieu avec celle d’Aristote. La liberté des anciens n’est pas la même que celle des modernes et je crois que ça avait plu au correcteur d’aborder la question de la domination symbolique sous cet angle. Après avoir été reçu à l’écrit, je m’étais retrouvé à passer huit oraux en 3 jours, dont certains dès le lendemain, comme dans le film « Quatre garçons plein d’avenir » et je m’en étais bien sorti. J’avais terminé au bout du compte deuxième de ma promotion avec une mention bien,  alors que j’avais passé une année hyper agitée entre un flirte fort avec une fille qui est aujourd’hui sortie de ma vie et les sorties boites/pub avec les pôtes. A ce sujet, Pierre Bourdieu a tout dit dans son texte « La jeunesse n’est qu’un mot ». Il y a un âge social à côté de l’âge biologique. C’est ce que montre le film de Jean-Paul Lilienfield. Maintenant que je suis prof (j’enseigne depuis douze ans dans le privé), je fais tout pour ne pas oublier cette période de ma vie et quand je vois des films comme ça, ça fait du bien. Je peux comprendre qu’à vingt ans, la vie se résume pas aux études et qu’on aime bien faire la fête. Je pense même que c’est sans doute là l’intérêt de cette période estudiante, où l’on expérimente pas mal de choses et où on se pose pas mal de question sur son avenir et sur l’utilité des études. Après je ne veux pas dire qu’en tant que prof, je peux cautionner dans mes cours n’importe quel glandeur ou n’importe quelle mentalité dilétante, pour ne pas dire perturbatrice. Je suis d’ailleurs frappé de voir que les étudiants du type  « Quatre garçons plein d’avenir » se font de plus en plus en rares. Aujourd’hui, c’est l’individualisme, le chacun pour soit, les relations de travail éphémères et impersonnelles qui priment sur les solidarités authentiques, sur les amitiés durables. C’est cela que j’aime dans ce film. Cette résistance face au désanchantement du monde et ce plaidoyer pour une amitié forte. L’une des plus belles scènes du film est lorsque les copains aident Arnaud à avoir son année. Sans parler de la fin, où la fille tombe amoureuse de lui et l’embrasse dans le crépuscule. Magnifique. Tout simplement magnifique.   

voir la bande annonce :

http://www.dailymotion.com/video/x237ch_bande-annonce-4-garcons-pleins-dave_shortfilms

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s