Publié dans Divers

Mario Vargas Lliosa et Liu Xiaobo prix nobel 2010

L’annonce du prix nobel de littérature attribué à Mario Vargas Lliosa ainsi que le prix nobel de la paix remis au dissident chinois Liu Xiaobo est un acte salutaire. En effet, l’occtroi de cette récompense à deux figures de la résistance démocratique est une manière heureuse de récompenser tous les combats non violents menés contre l’injustice et l’arbitraire. Le Comité Nobel a d’ailleurs prit le risque de mettre à mal les relations diplomatiques entre la Norvège et la Chine, et est allé jusqu’au bout de ses convictions. Qui sont les deux lauréats ? Maria Vargas Lliosa est un écrivain sud américain, connu pour des romans tels que « La ville et les chiens » (1963) ou « Qui a tué Palomino Moléro ? » (1986) qui dénonce les violences militaires au Pérou. Vargas Lliosa symbolise l’intellectuel de gauche s’érigeant contre la dictature castriste, après avoir participé à la révolution cubaine. Lors de l’obtention de son prix, celui que l’on surnome « le pourfendeur de l’autoritarisme » a déclaré que « la littérature avait cela de salutaire : elle empêche les peuples d’être facilement manipulables par le pouvoir ». Quant à Liu Xiaobo, il est diplômé également de littérature. Il a été condamné l’année dernière à 11 ans de prison pour avoir interpellé publiquement le pouvoir chinois sur le non respect du droit d’expression et sur l’absence d’éléctions libres. Il fait partie de ceux qui ont signé la Charte 08, exigeant de la part du pouvoir plus de garanties démocratiques. Le parti pris de cette figure de l’opposition est de miser sur la pression internationale pour démocratiser la Chine, dont les ambitions économiques risquent de se heurter au non respect des droits de l’Homme au sein du pays.

 

Ces deux nominations sont un signe politique fort adressé aux gouvernements de tous les pays. Nous vivons dans un contexte où un nombre important des décisions et des actes du pouvoir sont à la fois cautionnés par la légalité inhérente à l’Etat de droit et délégitimés par une certaine éthique de conviction qui anime les mouvements associatifs ainsi que des catégories importantes de la société civile. Le Comité Nobel a décidé de récompenser ceux qui avaient décidé de dire non à l’obscurantisme de la raison d’Etat et d’utiliser la force de la parole plutôt que la parole de la force. Est-ce un appel invitant les dirigeants du monde entier à respecter de manière effective les chartes et autres conventions des droits de l’Homme qui ont été signées ? La question est de savoir quels seront les effets des décisions du Comité Nobel. Est-ce que l’occtroi de ces prix symboliquement prestigieux à ces deux figures de la résistance politique va conduire les Etats à renforcer leurs engagements démocratiques ? Est-ce que les autres dissidents politiques qui ont choisi la voix pacifique pour s’insurger contre l’autoritarisme vont avoir une meilleur visibilité médiatique ainsi que des protections renforcées de la part de la Communauté internationale ? N’oublions pas qu’Obama a demandé à la Chine de libérer Liu Xiabo. Est-ce que nous allons assister bientôt à des interrogations collectives au sein de l’espace public mondial sur les nombreux actes arbitraires qui existent, depuis les guerres en extrême orient, l’occupation palestinienne, les expulsions massives d’immigrés ? Ces questions concernent bien évidemment le Maroc, dans un contexte où les avancées démocratiques du pays commencent à se heurter à certaines apories telles que la fragilisation de la presse indépendante ainsi que la remise en cause des libertés individuelles.  Le regrêtté Abdelkébir Khatibi avait écrit que la force d’une démocratie résidait dans la place qu’elle laissait à la critique, à la liberté d’expression, à la tolérance, à la pluralité des modes de vie et de pensée. A méditer plus que jamais pour la construction d’un Maroc démocratique.

Jean Zaganiaris, enseignant, auteur de « Penser l’obscurantisme aujourd’hui », Editions Afrique Orient, 2009.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s