Publié dans Divers

SUPERFLU SUR LUXE RADIO : des soirées délirantes

Mardi soir, à l’émission « Superflu », qui passe sur Luxe radio de 18h30 à 20h, on s’est encore fait plaisir. Après avoir discuté avec Raphaëlle, la chargée de communication, je retrouve 20m avant l’émission les collègues de travail. Myriam (notre super psy) et Mélanie (notre chroniqueuse globe trotteuse) arrivent les premières. On discute de ce que l’on va dire lors de l’émission. Mélanie me tape sur l’épaulle en me disant « Ah là, Bourdieu sur ce coup là, je te laisse ». Le sujet de l’émission c’est « Les codes bourgeois ». Du coup, oui j’ai relu La distinction de Bourdieu (même si on peut aussi citer ses livres « Les héritiers » et « l’amour de l’art ») mais j’ai repensé aussi à Mamoun Lahbabi, l’écrivain Marocain (dans « la pénombre des masures » il y a une belle opposition entre les codes bourgois et les codes populaires, ainsi qu’un portrait de cette bourgeoisie marocaine investie dans le social et l’associatif), et Marcel Proust (mes livres sont en France par contre ; j’avais passé la première année de ma thèse à lire « A la recherche du temps perdu » plutôt que perdre mon temps à faire de la recherche – sans mauvais jeu de mot). Bien entendu, il y a beaucoup de références sur ce sujet – superbement répértoriées par Mélanie dont les talents de synthèse sont à souligner. Aborder le sujet sous l’angle psychologique – comme l’a superbement fait Myriam Ammor pendant l’émission – était aussi quelque chose d’important. Ce que j’apprécie le plus à l’émission Superflu, c’est que nous nous complétons tous très bien et que l’on passe un moment convivial avant, pendant et après l’émission (même si après l’émission je dois toujours filer prendre le train). L’invité du jour était Hicham Ayouch, le réalisateur le plus délirant de cette nouvelle vague marocaine, qui sort son deuxième film « Fissure » le 2 juin sur les écrans marocains. Tout de suite, on a sympathisé et on s’est dit qu’on allait bien se marrer pendant l’émission. Il m’a fait pensé au DJ PRO7qui était venu la semaine dernière et qui a partagé ses montages avec les auditeurs, notamment le mix entre Nirvana et Nass el ghiouane. Et puis, alors que toute la petite équipe se dirigeait vers le studio pour s’assoir (l’émission commençait dans 7 minutes), on voit arriver Habib Hemch, LE HABIB HEMCH qui anime l’émission SUPERFLU, qui prépare les sons, les enregistrements etc. Il descendait les escaliers telle la diva dont Proust a dressé le portrait dans « A l’ombre des jeunes filles en fleur » (je l’ai lu il y a un moment mais j’ai quelque passage bien en tête). Habib nous a dit un bonjour hyper chaleureux et hyper rapide, et nous sommes tous allés nous assoir. Et là, avec un rythme survolté, on est parti pour 1h30 de convivialité et de plaisir. On a commencé par définir les mots du sujet, par parler des codes bourgois au Maroc. Comme d’habitude (et je pense à des émissions sympas telles que celles sur l’immigration au Maroc ou sur la mythomanie), chacun a donné un éclairage différent, et Habib mettait tout cela en symphonie en animant le débat. C’est vraiment très appréciable de réfléchir ensemble en étant à la fois un peu rigoureux (pour apporter quelques éléments culturels aux auditeurs) sans se prendre au sérieux (et verser dans un intellectualisme qui n’intéresserait que nous). Du coup, des vannes, des échanges, des petites bifurcations. Après, on est passé au micro trottoir des enfants qui ont réagi sur la bourgeoisie, on a écouté la chronique de Mélanie, les réactions de Myriam qui a un regard très fin sur la psychologie des marocains ; on est passé ensuite à l’interview de l’invité (qui visiblement m’appréciait beaucoup mais d’un seul coup je me suis à préférer quand c’est Mélanie qui a des fans !!). Il a parlé de sa métthode expérimentale, qui rappelle pas mal celle du réalisateur Philippe Grandieux, où la cohérence peut aussi résulter d’une construction cinématographique instinctuelle, émotive, imaginative et non pas rationnelle, anticipatrice et linéaire. Et pour finir le questionnaire superflu et la confiture du jour. Bref un bon moment de détente partagé. C’est en ce sens que ce que dit Habib est pas mal : on fait une émission d’hygiène émotionnelle. C’est ce fameux « air pur » de la pensée dont parlait le philosophe Gilles Deleuze dans Dialogues. C’est comme si un petit courant d’air frais vous traversait le cerveaux. Ca ne fait pas de mal. A très bientôt sur les ondes de Luxe radio.

Jean Zaganiaris

 

Advertisements

Un commentaire sur « SUPERFLU SUR LUXE RADIO : des soirées délirantes »

  1. vous me manquez mes chers de puis la dernière saison de l’émission , j’espère bien qu’on vous retrouvera une nouvelle fois sur la radio, car c’était vraiment l’émission indispensable pour mes fin de journée <3…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s