Publié dans Football

SOUTIEN A AMMOUTA, ENTRAINEUR DU FUS

Mardi dernier, je suis allé voir le derby FAR-FUS au complexe Moulay Abdallah, avec les copains de l’association des supporters du FUS. Les FAR sont notre bête noire. Ce soir, j’espérais que l’on allait gagner le derby, surtout que l’on en avait les moyens. Certes, les FAR aussi ont été dangereux. En première mi-temps, ils ont mis un joli tir sur la barre et en deuxième mi temps, ils ont été dangereux sur des attaques individuelles. Mais nous aussi, on aurait pu marquer. Youssoufou rate une belle occase en début de 2e mi-temps et à la fin du match, la tête d’un des attaquants est passé malheureusement à côté des filets, au grand désespoir des supporters du FUS. De leur côté, les FAR ont marqué un beau but et ont gagné le derby. C’est comme ça. Moi aussi j’aurai aimé qu’on remporte le match ou que l’on fasse match nul mais bon ça  n’a pas été le cas. On a perdu. Comme c’est déjà arrivé d’autres fois dans le championnat, contre le MAS, le MAT, El Jadida ou le WAC. En tribune, j’étais entre Driss et Saad, avec Anouar, Saïd, Ilyass et l’autre Driss pas loin et avec Taoufik devant nous. Aucun de nous n’a insulté le coach malgré les sentiments intenses éprouvés. Il y a eu des moments sympa pendant le match. Lorsque le kop, animé par Samir, a chanté les chansons avec le tambour et a rendu hommage au Haj Boutaleb, le doyen des supporters du FUS. Il y a des moments pendant le match contre les FAR où l’on était tous là à faire le 12e homme, à encourager les joueurs et à acclamer aussi l’entraîneur (souvenons-nous du match contre la JSM où, au 3e but, toute l’association des supporters du FUS a scandé le nom de Ammouta). J’ai bien entendu pesté lorsqu’on a pris le but des FAR et ai bien entendu été triste que l’on est perdu, avec des regrets car on aurait pu faire quelque chose. Mais par contre j’ai été beaucoup plus énervé d’entendre au sein de la tribune où j’étais des insultes à l’égard de l’entraîneur du FUS Ammouta à la fin du match. On peut penser ce que l’on veut dans notre sphère intime des choix tactiques de l’entraîneur, des changements à faire ou pas (et à ce sujet, chaque supporter passionné est parfois à lui seul un entraîneur virtuel, avec ses choix subjectifs). Par contre, crier comme ça des insultes alors qu’en début de match (et aussi contre l’OCS jeudi dernier) ce sont ces mêmes personnes présentes au stade qui acclamaient Ammouta, c’est inacceptable. En tant que supporter, on est libre de ne pas applaudir, d’avoir une vision critique, de se mettre en colère et de le dire à son voisin, d’adresser publiquement des messages aux dirigeants pour exprimer des mécontentements (dans le cadre de débats publics virulents mais respectueux de l’intégrité des personnes)  mais je pense qu’il est inacceptable d’insulter publiquement une personne comme si l’échec reposait entièrement sur lui. Ammouta mérite pas ça !!! C’est toute une équipe qui a perdu ce soir là. Les joueurs, le staff, les dirigeants et les supporters. On dit par analogie que le FUS est une « famille ». Alors c’est toute la « famille » qui a perdu et Ammouta a plus besoin de soutien à la fin du match, après avoir poussé et coaché ses poulains pour faire le maximum que d’être pris à parti !!! Je revois Ammouta jeter un coup d’œil vers le groupe de personne qui l’a injurié à la fin du match et je suis très fier à ce moment d’avoir eu l’initiative de me mettre dans son champ de vision pour l’applaudir et pour qu’il voit qu’il y a des gens qui croient à son travail et le respectent pour les efforts qu’il fait pour le club. D’ailleurs, lorsque nous nous sommes parlé au téléphone, j’ai pu voir à quel point il est sympathique, accueillant et capable de vous mettre à l’aise. Sans parler du fait que c’est aussi grâce à lui qu’on est 7e du championnat, qu’on a une équipe avec un jeu aussi attachant, toujours vaillante et prête à se battre sur le terrain, malgré les difficultés exogènes et endogènes du groupe qui n’est ni le Barça, ni Manchester mais simplement le FUS. Cela, je pense qu’elle le doit à son coach, qui les pousse sans arrêt, qui engage ses joueurs depuis le banc de touche à ne pas être passifs, à ne pas baisser les bras, à avoir un mental solide, à faire des combinaisons de jeux et passer dans les mailles de la défense de l’équipe adverse. Je ne vais pas jouer au spécialiste sportif mais je suis convaincu que si l’on a battu le Raja cette saison, c’est aussi en grande partie à Amoutta qu’on le doit car il a dû très bien comprendre à la fin de la première mi-temps que cette équipe était prenable et que l’on pouvait obtenir autre chose qu’un simple 0 à 0. Il ne s’agit pas d’avoir une vision a-critique mais de supporter l’équipe dans la victoire et dans la défaite, quelles que soient les opinions que l’on peut avoir à tel ou tel moment du match ou de la saison. Je supporte l’Olympique de Marseille depuis 1988 et je peux vous dire que des hauts et des bas j’en ai vécu, depuis la défaite en Champion League contre l’Etoile Rouge de Belgrade jusqu’à la même victoire dans cette compétition contre le Milan AC en 1993. Pour le FUS c’est pareil. Il y a des fois où on gagne et des fois où on perd. Comme dans la vie…

Jean Zaganiaris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s