Publié dans Littérature

Haruki Murakami : Les amants du Spoutnik

 

Après avoir parlé de Ryu Murakami, il fallait également dire un mot de Haruki Murakami. Né à Kobe en 1949, il se consacre à l’écriture à côté d’un club de jazz qu’il ouvre à Tokyo, avant de s’expatrier aux Etats Unis et en Grèce. Comme le montre d’ailleurs « La ballade de l’impossible », ses romans s’inspirent fortement de la tragédie antique, notamment des pièces d’Euripide. Bien sûr, les sources sont multiples, concernant notamment Proust ou Fitzgerald. Lorsqu’on lit Murakami, le côté mélancolique, sombre et en même temps léger (gris clair), nous fait penser à une mélodie des Cure. Bien souvent, ce sont des personnages silencieux, renfermés, confrontés aux impossibilités de la vie et aux choses auxquelles il faut se résigner, qui traversent les livres de Murakami. Le roman « Les amants du Spoutnik » est emblématique de cette posture. Il raconte l’histoire de K., jeune enseignant solitaire et renfermé, qui est amoureux de Sumire, jeune apprenti-écrivain amoureuse elle-même de Miu, une mystérieuse femme d’affaire mariée. Tous les trois gravitent de manière triste et solitaire dans leur vie comme ces satellites type Spoutnik, qui errent dans l’espace. Ils se voient, discutent, partagent ensemble des choses, se désirent les uns les autres mais au bout du compte, l’intensités des émotions et des sentiments restent incommunicables. Même en présence de l’autre, on reste profondemment seul, comme l’ont écrit Virginia Woolf ou bien le poète grec Constantin Cavafy. Il y a une citation remarquable dans le roman de Murakami qui résume l’idée et que l’on va recopier içi : «  C’est à ce moment là que j’ai compris. Compris que nous étions de merveilleuses compagnes de voyage l’une pour l’autre, mais en fait à la façon de bloc de métal solitaires, qui suivent chacun leur trajectoire. Vu de loin, ça paraît aussi beau qu’une étoile filante ; seulement dans la réalité, nous ne sommes que des prisonniers, enfermés dans nos habitudes de métal respectifs, incapables d’aller où que ce soit. De temps en temps, les orbites de nos satellites se croisent, et nous parvenons enfin à nous rencontrer. Nos coeurs réussissent peut-être à se toucher. Mais juste un très bref instant. Sitôt après, nous connaissons de nouveau une solitude absolue. Jusqu’à ce que nous nous consumions et que nous soyons réduit à néant« . Il y a une sorte de fatalisme chez Murakami, proche de celui de Marguerite Duras, selon lequel les individus sont dans une quête perpetuelle de l’amour mais en même temps sont condamnés (presque naturellement) à vivre seuls, dans leurs rêves et leurs cauchemars. La seule issue se trouve dans ces espèces de miracles provenant du hasard de l’existence ou bien de la main invisible des dieux qui font que, au moment où l’on croyait que tout était perdu, se produit quelque chose qui ouvre la porte à de nouveaux espoirs toujours incertains…

Jean Zaganiaris, Enseignant et coordinateur pédagogique à COM’SUP, école Supérieure de Communication et de Publicité. 

voir ces liens pour en savoir plus : http://www.shunkin.net/Auteurs/?author=105 ; http://www.randomhouse.com/features/murakami/site.php?id=

Publicités

Un commentaire sur « Haruki Murakami : Les amants du Spoutnik »

  1. Même chose que pour l’article précédent. Un auteur très tentant à découvrir. Tout comme Mishima (que je connais un peu) et aussi Tanizaki.
    Bref, c’est l’embarras du choix. Pas besoin de tout ce cirque annuel et médiatique autour de la rentrée littéraire. Suffit de se laisser guider par son instinct… ou certains articles intéressants publiés sur des blogs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s